MYRIAMBORNAND

FRANCAIS - ENGLISH

Art contemporain






I TAKE OFF MY SKIN - CHARLOTTE RAMPLING PORTRAITS.15 portraits originaux en technique mixte : 85,6 /60,6cm 2002-2010

Mon projet consistait à réaliser des portraits uniques par une technique mixte (collages, peintures, ponçages, arrachages, tampons, dessins, écritures, photos, sérigraphie).Cette technique permet de travailler sur une thématique que j’ai explorée très souvent depuis les débuts de mon parcours, la Division (dont la première opération est la dualité)et ce qu’elle produit : séparation - déchirure - morcellement - superposition - etc. et sur le choix du Sens (direction ou signification) que cette di-vision autorise.
Les problématiques que j’ai développées comportent chacune une dualité,une antinomie.

1/Réaliser des piéces originales MONOTYPES en utilisant parmi les différents outils de création une technique habituellement employée pour la création de MULTIPLES mais ici précisement d’une façon singulière.

A partir du cliché original qui m'a été donné par le photographe Philippe Quaisse à la demande de Charlotte Rampling pour ce travail, j’ai procédé à des séparations de valeurs (technique employée en développement photographique) que j’ai transposé ici en sérigraphie et qui permet de diviser l’image en une classification de « nuances » par temps de tirages différents.

Cette séparation-division multiplie les combinaisons déjà possibles: sur-superpositions, décalages, inversions, côte à côte, etc.
Dans ce travail j’ai employé cette séparation de valeurs contrairement à la règle habituelle qui doit suivre un ordre logique précis(du plus clair au plus foncé).
En ignorant volontairement cette chronologie, en désorganisant cette linéarité temporelle (passé, présent, futur) le champ de déplacement s’élargit, des mouvements comme l’interchangeabilité et le contresens sont alors réalisables...

Plus précisément, j’ai pu de ce fait, intervertir ou changer certaines valeurs, ce qui rend chaque pièce unique, chaque Portrait ayant eu un ordre de technique propre, offre une expression différente, chaque fond est également unique par son contenu préalable et son traitement de passages sérigraphiques.
La coloration qui est donnée aux valeurs peut alors être autre, qu’il s’agisse de l’échelle objective des valeurs photographiques ou subjective pour les valeurs humaines.

C’est le regard que je porte qui les fait exister autrement, je les donne à voir selon ma propre vision (choix ).

2/ Mon deuxième propos était de représenter une figuration formelle dans un ensemble abstrait fragmenté.

En dépit des infinies divisions que les techniques précitées m’ont permises, provoquant un éclatement général de la forme (sujet) et du fond (arrière plan-background) et du dés-ordre qui en découle, l’Unité du sujet reste intacte,la persistance de son identité le démontre (ordre du chaos dans la mécanique quantique)

3/ La dernière problématique consistait à rendre une lisibilité du fond enfoui sous une profondeur de strates,de recouvrements,de saturations par un jeu de transparences et d’opacités.

A l’inverse des palimpsestes recouvrant les écrits précédents, les épaisseurs de collages divers mettent ici en lumière ce qui se cache dans le fond sous la profusion des couches superposées,la forme (sujet) est en expansion progressive à travers cette accumulation, elle se "révèle" sur ce "fond" et le fond se "révèle" dans le Sujet.


Pour traiter ces trois problématiques j'ai choisi de faire le portrait de mon amie Charlotte Rampling qui se trouve être aussi une actrice bien connue.
J’ai choisi Charlotte parce que son visage me paraît évoquer particulièrement ce que l’on peut appeler le Mystère des surfaces (L,Caroll) et en même temps l’au delà de a représentation.

Paul Valéry dans sa célèbre phrase qui est à l’origine du titre général de l’exposition disait:
« Ce qu’il y a  plus profond dans l’homme, c’est la peau   ».

C'est ce mystère qui est exploré ici.

Ces portraits nous emmènent dans l’univers de la Di-vision.

La faille produite par cette opération permet non seulement les mouvements divers qui sont developpés plus haut mais aussi une vision dans la profondeur au delà de l’image.