MYRIAMBORNAND

FRANCAIS - ENGLISH

Art contemporain






White Area.70 cm/50 cm.Technique mixte sur papier vergé. 2013

Le paradoxe comme axe artistique personnel incontournable en investissant des champs choisis. Ici, Le Blanc.

Cette lumière qui par définition éclaire, peut aussi à contrario, être celle qui aveugle.

C’est une force centrifuge qui expanse la lumière en produisant ainsi un élargissement du champ visuel.

Une expérience du sensible qui interroge sur la présence et l’absence et qui fait appel à la vision comme outil  de connaissance

Du point de vue de la symbolique ,le blanc peut avoir des significations inverses, par exemple : la paix (drapeau), l’innocence, la sainteté (auréole blanche) l’énergie: la vie mais aussi le contraire, la vieillesse ( cheveux) la maladie, la peur, le linceul donc à l’inverse : la mort.

Je retrouve ici les paradoxes et la dualité qui m’intéressent et que l’on retrouvent dans nombre de mes travaux.

Le travail sur les  valeurs monochromiques et en particulier sur le blanc a intéressé de nombreux artistes.
On pense notamment au carré blanc sur fond blanc de Malevitch mais aussi aux monochromes blanc d’Yves Klein, aux travaux de Ellsworth Kelly et aux chiffres blancs sur fond blanc de Roman Opalka.

Travailler sur le blanc, ou plus exactement sur la représentation d’objets blancs, signifie aussi travailler sur son contraire.

La couleur blanche est la sensation visuelle obtenue avec un spectre lumineux continu, si on le considère du point de vue de la synthèse additive (superposition de faisceaux lumineux monochromatiques) alors que l’impression première est qu’elle n’en comprend aucune.

L'oeil humain considère comme blanche toute lumière perçue comme un mélange équilibré des trois couleurs primaires (rvb).

La perception de la couleur varie en fonction de différents paramètres comme, la lumière, la géométrie d’observation, la spécificité de l’œil de chaque individu, la proximité d’une autre couleur, la matière supportant la couleur etc.

Selon les époques le blanc a été tour à tour considéré tantôt comme une couleur tantôt comme une non couleur.



Pour les rendre visibles, que ce soit en photo ou en peinture, il est nécessaire de travailler sur le coté sombre que précisément la lumière produit (ombres).

En  tant que ressenti synesthésique (c’est à dire qu’une sensation, un lieu, un mot etc. est souvent pour moi associée à une couleur), les lieux que j’associe au blanc sont des lieux solaires, énergétiques et paisibles. 

Dans cette série tous les objets représentés sont blancs mais ils semblent parfois ne pas l'être,selon la lumière, la matière, l’heure, l’exposition etc.

Les interprétations de notre œil renvoient aux interprétations diverses de chacune de nos subjectivités, de nos points de vue.
Illusions d’optique .

Représenter le Blanc c’est en quelque sorte représenter l’invisible.

La confrontation avec la matière de la couleur amène l'infini dans le fini.

Il symbolise aussi la Quête à laquelle tout mon travail fait référence.

Ici j’ai utilisé principalement une technique mixte utilisant trois mediums:La photo, la peinture (acrylique, huile, pastel)et les mots.

Ces mots ne sont en rien illustratifs. Ils sont en eux mêmes Matériaux, Objets.

AS WHITE AS SHEET

AVOIR UN BLANC

CARRE BLANC

COUSU DE FIL BLANC

NUIT BLANCHE

WHITE GLASS

WHITE GOOSE

WHITE HOLE

WHITE LIGHT

WHITE OUATE

WHITE SPIRIT

WHITE SALE



REFLEX(CT)ION DE SNOW WHITE DE L’AUTRE COTE DU MIROIR

Le miroir est traditionnellement chargé de fortes connotations symboliques.
Il est fréquemment associé à la vérité, comme le Miroir Magique de Blanche-Neige en est un exemple.
Instrument magique ou sacré, il représente la connaissance de soi .
Il est aussi le double : Soi et le double :Autre
(« Je est un Autre ».A.Rimbaud).
Dans «De l’autre coté du miroir» de L.Caroll, Alice traverse le miroir.
Dans ce double miroir ou les mots se reflètent dans un écho visuel Alice et Blanche Neige se confondent, se confrontent, se répondent.